La baisse du chômage se poursuit dans les hauts de France et dans le Pas de Calais

La baisse du chômage se poursuit dans les hauts de France et dans le Pas de Calais

Le chômage a toujours connu un taux élevé en France depuis les années 70. L’année 2019 fût celle d’une réduction lente mais progressive du chômage qui semblait se pérenniser. Même si les taux sont variables d’une ville à une autre, les différences tendent à s’estomper et le marché de l’emploi à fleurir. C’est le Pas de Calais qui affiche des chiffres de baisse remarquables du jamais vu depuis douze ans.

Une baisse généralisée

Selon les rapports de l’INSEE, tous les départements dans les Hauts de France sont touchés par la baisse progressive et remarquable du taux de chômage. La Somme fait par contre exception à ce changement en maintenant son niveau presque stable (-0,1 %).

Selon les chiffres enregistrés par pôle emploi, l’amélioration notable du taux de chômage touche presque tous les âges et toutes les catégories de chômeurs. Néanmoins, elle demeure faible pour les plus de 50 ans et plus. Pôle Emploi enregistre -1% contre -2,1 % sur les autres tranches.

Dans la région Hauts de France, la catégorie des demandeurs d’emploi est aussi affectée par cette baisse significative du chômage. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur un an, 20 580 chômeurs (5,5%) en moins dans les hauts de France selon Pôle Emploi. Ce bilan met la région française sur la scène devant PACA (-4.9%) et Nouvelle-Aquitaine (-4.8 %). De façon plus détaillée, cette baisse profite  aux  hommes (-5,3%), aux femmes (-5,6 %) et surtout aux personnes dans la tranche d’âge de 25-49 ans (6,6%).

Le Pas de Calais n’est pas resté en marge de cette avancée notable. Dans cette région, l’effectif des demandeurs d’emploi a diminué de 18500 personnes. Cet effectif est classé sixième baisse trimestrielle consécutive dans le Pas de Calais. Cela n’est guère étonnant car, le fléchissement du chômage est plus remarquable dans cette région. Une diminution tant espérée dans l’Aisne et l’Oise.

Les chômeurs longue durée sont aussi concernés par cette baisse. Elle reste pourtant moins importante et ne traduit pas une évolution spécifique. En considérant l’ensemble des demandeurs d’emploi, le pourcentage de chômeurs de longue durée est de 51.2 %. Une donnée qui reste supérieure au chiffre national (47.5%).

Comment expliquer une telle amélioration ?

Les changements positifs observés dans les Hauts de France sur le taux de chômage se justifient de plusieurs manières. D’abord, la hausse des départs en formation constitue l’une des principales raisons. Les entrées en stage ou en formation sont de plus en plus concentrées dans la région avec un taux qui dépasse les 17,5%.  Ensuite, les emplois déclarés et estimés à 18% sont depuis un an en hausse de 4,1%.

Par ailleurs, la création accrue d’entreprises, les besoins en ressources humaines dans les industries, les transports ou le bâtiment sont autant de situations qui réduisent considérablement la précarité de l’emploi dans les Hauts de France. Les chômeurs de longue durée, les demandes d’emploi sont alors beaucoup sollicités pour la main d’œuvre industrielle. En conséquence, cela se ressent sur le taux de chômage.

L’activité hôtelière joue également sa partition dans le fléchissement du taux de chômage dans les hauts de France. L’intérêt prononcé pour ce secteur est bien à l’avantage de la région avec une progression de 1,4 % contre +2,2% au plan national. Selon l’INSEE, les départements de l’Oise et de la Somme profitent bien de cette conjoncture en affichant consécutivement un taux de +7,6% et +2,8%.

L’emploi intérimaire est également en baisse dans les Hauts de France. Il connait un déclin estimé à 7,4% avec 5800 intérimaires de moins sur un total de 71700. L’emploi se stabilise donc au niveau des diverses couches sociales dans la région. Autant de bonnes nouvelles pour les Hauts-de-France qui nourrissent l’espoir que la lutte contre pour la baisse du chômage sera concluante.

En définitive, la lutte contre le chômage en France est un combat de tous les jours. Les Hauts de France et le Pas de Calais font parties des régions où s’observent les premières retombées positives depuis des mois. Même si les données fournies par l’INSEE et Pôle Emploi promettent des jours meilleurs, des efforts restent tout de même à déployer pour garantir une stabilité optimale de l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *